Financer sa création d’entreprise

alt=""

Lors de la création d’une entreprise, l’épineuse question de son financement arrive bien assez tôt. Pour ne pas être pris au dépourvu, utilisez notre plateforme et découvrez quelles sont les meilleures sources de financement et les investisseurs les plus adaptés à votre projet. En attendant, profitez de notre article pour avoir une vision globale des possibilités. Que le financement provienne de votre entourage, de votre banque, d’agences publiques ou d’investisseurs, il existe toujours une solution ! FinKey vous liste toutes les possibilités et vous aide à y voir plus clair pour financer sa création d’entreprise.

L’apport personnel

Les premiers fonds (les plus simples) à constituer proviennent de votre propre épargne. Pour alimenter votre structure, vous pouvez injecter vos économies aux capitaux propres de la société. Pensez à deux plans :

–        Le plan d’épargne en actions si vous le possédez depuis plus de 5 ans. Vous sortez la somme nécessaire à la création de votre entreprise sans perdre d’avantage fiscal. Un conseil : faites-le au dernier moment puisque passé un délai de 3 mois, le budget est à nouveau amputé fiscalement.

–        Le plan d’épargne logement. Il peut vous aider à financer votre local professionnel ou commercial si ce dernier intègre votre logement principal.

L’apport de l’entourage

Si votre cercle proche peut vous aider à construire votre entreprise, pourquoi ne pas en profiter ? Il existe trois catégories : le don, la Love Money et le crowdfunding.

Le don reste la forme la plus ancienne d’apport par la famille. Lorsque vous procédez à la transaction, n’oubliez jamais de créer un contrat et de le faire enregistrer au centre des impôts. Si le don d’une personne à son héritier est inférieur à 30 000 €, il est exonéré de droits.

La Love Money est une appellation moderne du don. Son principe ? Récolter des sommes auprès de son entourage : famille, amis, collègues… La plupart du temps, ces sommes sont moins importantes qu’un leg, mais elles proviennent d’un plus grand nombre de donateurs. Vous pouvez proposer le don simple ou en échange de rétribution.

Le crowdfunding structure votre recherche de fonds auprès de votre entourage. En additionnant une présence sur une plateforme connue et une bonne stratégie de communication, vous pouvez espérer récolter de l’argent via vos connaissances, mais aussi des inconnus. Ce système exige souvent de proposer des contreparties. Attention : on ne cumule pas Love Money et crowdfunding puisque la première se retrouve dans le deuxième. Découvrez cette nouvelle forme de crowdfunding : les minibons, et regardez si elle peut vous aider à réaliser votre projet.

Les emprunts

Vous avez comme première solution l’emprunt bancaire. Cette alternative très plébiscitée demande un apport en fonds propres, mais vous évite de vous éparpiller dans la quête de financement.

En parallèle des circuits traditionnels, il existe le crowdlending. Ce système de financement participatif repose sur des prêts. Un grand nombre de petits investisseurs vous prêtent des fonds que vous remboursez, généralement avec intérêts, dans un délai arrangé entre vous et la plateforme.

D’autres prêts et emprunts plus spécifiques existent pour les entreprises en phase de création à l’image du prêt d’honneur ou du prêt à taux zéro d’Initiative France ou du Réseau Entreprendre.

Les garanties de prêt bancaire : des organismes comme France Active ont pour mission de faciliter l’obtention de financement bancaire. Le seul inconvénient réside dans la préparation lourde des dossiers.

Le micro-crédit ou micro-prêt est un prêt dédié aux entreprises n’ayant pu faire appel au prêt bancaire. L’ADIE est le principal créateur de ces micro-prêts dont le taux d’intérêt est souvent élevé.

Le financement de l’innovation

Votre idée est qualifiée d’innovante selon les textes et réglementations en vigueur ? Vous bénéficiez de plusieurs appuis supplémentaires :

–        Le CII (Crédit Impôt Innovation) diminue de 20 % les impôts de certaines dépenses. Les achats éligibles sont liés à la création de pilotes ou de prototypes. Ce crédit ne dépasse pas les 400 000 € annuels.

Découvrez le Crédit Impôt Innovation (CII). Testez votre éligibilité avec FINKEY.
Découvrez le Crédit Impôt Innovation (CII). Testez votre éligibilité avec FINKEY.

–        Le JEI (Jeune Entreprise Innovante) est un statut délivré aux très jeunes entreprises innovante. Ce statut se traduit par 3 mesures : pas de cotisation économique territoriale ni taxe foncière pendant 7 ans ; exonérations sociales en fonction des ressources humaines et exonération totale d’IS (Impôts sur les Sociétés) ou d’IR (Impôt sur le Revenu) pendant 1 an puis 50 % de réduction pour la 2eme année.

Finkey vous guide sur le statut jeune entreprise innovante. Testez votre éligibilité.
Découvrez le Statut Jeune Entreprise Innovante (JEI). Testez votre éligibilité avec FINKEY.

–        Le CIR (Crédit Impôt Recherche) baisse de 30 % les impôts sur les dépenses R&D de <100 M€ et de 5 % pour les dépenses supérieures. Les structures éligibles sont celles qui répondent à l’IS ou l’IR.

Découvrez le Crédit d'Impôt Recherche (CIR). Testez votre éligibilité.
Découvrez le Crédit d’Impôt Recherche (CIR). Testez votre éligibilité avec FINKEY.

Les subventions

Très populaires, les subventions fleurissent jour après jour. Regardez aux niveaux :

–        Local via votre CCI ou le FISAC. Le FISAC est un fonds dédié aux artisans et commerçants pour les aider à réinvestir le centre-ville via des baisses de loyer.

–        Régional : la Bourse French Tech aide, par exemple, les jeunes entreprises ou entrepreneurs innovants via une prise en charge des frais de conception, de définition et de faisabilité du projet. Cet accompagnement peut couvrir jusqu’à 70 % des dépenses inférieures à 30 000 €.

–        National : Bpifrance, les agences de l’État et les fondations vous aident à vous propulser dans la phase suivante. Le seul organisme Bpifrance regroupe 208 solutions dont l’accompagnement, les prêts, les aides, les participations ou les garanties.

–        Européen : le nouveau programme Horizon 2020 pourrait vous intéresser si vous proposez un service ou évoluez dans un cadre innovants.

Le financement capitalistique

Cette solution de financement dilutif est idéale si vous souhaitez bénéficier d’un accompagnement humain ou vous voulez grossir très vite. Attention cependant à ne pas se brûler les ailes, allez-y étape par étape.

·        Les business angels sont des personnes physiques qui investissent dans votre structure. En moyenne, les investissements peuvent démarrer de 5 000 € et atteindre jusqu’à 500 000 €.

·        À un niveau bien supérieur, il existe le Venture Capital ou capital risque. Idéale pour un financement rapide, la solution reste lourde à mettre en place. Attention, dans ce domaine, il existe beaucoup d’appelés, peu d’élus.

Financement dilutif ou non dilutif, bancaire ou personnel… Les possibilités et soutiens sont nombreux en phase de création d’entreprise. Pour vous aider à choisir la solution la plus adaptée à votre entreprise et votre projet, faites appel à au réseau FinKey.

Pour aller plus loin : Le financement tout au long de la vie de votre entreprise

Une fois votre entreprise en plein développement, vous serez ensuite confronté à de nouveaux défis tels que le lancement de produit, l’expansion à l’international, recruter de nouveaux collaborateurs, développer sa R&D… Rétrouvez également nos conseils pour appréhender le financement de vos projets tout au long de vos cycles de vie.

Quels que soient votre projets et votre maturité, start-up ou PME, Finkey  est aussi présent dans le financement de projets.