Optimiser le financement de son innovation – Le guide

Finkey vous ouvre l'accès aux bons leviers de financement d'innovation d’entreprise. Que vous soyez une PME mature ou une jeune start-up, profitez des opportunités !

Grande nouvelle en ce début d’hiver : la France va accélérer la croissance de ses entreprises innovantes et donc facilite l’accès fonds pour le financement de son innovation. Grâce à qui ? À l’État et aux investisseurs institutionnels. Le but est de créer 25 licornes d’ici 2025. Soit 14 entreprises de plus qu’aujourd’hui valorisées à 1 Mds€. La nouvelle est loin d’être une simple utopie puisqu’elle est annoncée par Emmanuel Macron himself. L’argent orienté vers les nouvelles technologies ou procédés techniques développés par les entreprises sera plus important.

Licorne ou pas, si vous êtes une entreprise française établie sur le territoire, il y a de grandes chances que vous ayez accès à plusieurs leviers de financement pour votre innovation, quelle qu’elle soit.

Pour ce faire, les acteurs vont débloquer par moins de 5 milliards d’euros dans les start-ups en croissance.  D’où vient cette décision ? D’une volonté politique d’abord – rester dans la course aux nouvelles technologies – et d’un manque de moyens financiers d’autre part. En effet, il n’existe que peu de fonds d’investissement conséquents (>1 Mds€) en France. Lorsque les entreprises cherchent des ventures capitalist de grandes envergures, elles se tournent vers des structures étrangères. Si la France veut rester compétitive, elle a donc tout intérêt à investir massivement auprès de ces start-ups créatrices de richesse. 

La question du financement de l’innovation est vaste et complexe. Déjà, qu’entend-on par “innovation” ? Selon l’OCDE, l’innovation se divise en quatre catégories : les innovations produit (ou bien ou service), les innovations de procédé, les innovations de commercialisation et les innovations organisationnelles. 

Afin de vous éviter une recherche sans fin des sources de financement disponibles, nous vous avons listé ici toutes les solutions, les programmes, les étapes, les exigences, les avantages et les contraintes. Il ne vous reste plus qu’à lever des financements !

Pour cela, nos experts en financement peuvent vous aider.

Qui sont les acteurs concernés par le financement de l’innovation ?

L’accompagnement humain : les Business Angels, la Love Money ou les Family Office

Vous n’êtes pas obligé de financer votre projet seul ! Dès la phase de démarrage, voire pendant la phase projet, des investisseurs peuvent vous aider. Bien sûr, inutile de démarcher les plus grands. Voyez déjà autour de vous. 

Vous pouvez vous lancer dans la collecte de fonds via la Love Money. Le principe est simple : la Love Money rassemble toutes les sommes ou apports provenant de votre entourage, de celui de vos associés et de celui de vos salariés si vous en avez. Ces premières contributions vous aident à mettre le pied à l’étrier et vous soutiennent dans votre projet. Pour cette raison, n’hésitez donc pas à parler de votre idée et de vos besoins en financement autour de vous !

Dans certains cas, vous pouvez également faire intervenir les Family Office ou gestionnaires de patrimoine des grandes familles. Certaines structures peuvent vous aider lorsque vos objectifs rejoignent les leurs. 

Une autre solution humaine existe : les Business Angels. Ces personnes physiques vous soutiennent dans votre développement via des fonds, mais aussi, via un accompagnement personnalisé. Ils élargissent votre réseau, vous font rencontrer les bonnes personnes et vous guident dans la conduite de votre entreprise. 

Le crowdfunding 

Le crowdfunding, ou financement participatif, représente un formidable levier pour faire financer son activité, mais aussi, tester son idée. En premier lieu, la procédure est assez simple et plus ou moins souple selon les plateformes : vous présentez votre projet, votre projection financière et vos acquis face à un public dématérialisé d’investisseurs. Ils peuvent vérifier vos documents et vous poser des questions tout au long de votre campagne de financement. Si votre projet leur plaît, ils investissent.

Par la suite, et selon les plateformes, vous êtes amenés à partager vos progrès et vos plans pour l’avenir. Les montants moyens varient, mais les tickets d’entrée relativement abordables permettent de toucher le plus grand nombre. L’investissement peut se faire via des royalties, des actions, des obligations ou des titres participatifs.

Deux conseils avant de se lancer : regardez le label PSI (Prestataire de Services d’Investissements) qui désigne les plateformes ayant obtenu un agrément, ainsi que les secteurs dans lesquels évoluent les organismes afin qu’ils soient conformes au vôtre. 

Les accélérateurs et incubateurs de start-ups 

Au-delà du cadre et de l’accompagnement humain, certains accélérateurs et incubateurs de start-ups peuvent aussi se placer en financier. Si la structure est conçue comme telle, vous avez accès à la fois à un lieu d’hébergement, à des services et à un fonds de capital-risque, de capital-innovation ou d’amorçage. Par exemple, sur la région lyonnaise, la structure Le HUB612 accompagne les entreprises innovantes. Pour en bénéficier, il faut simplement déposer son dossier, être incubé et passer devant une commission. Vérifiez toutefois que les fonds soient bien en phase avec votre niveau de maturité.

Les fonds d’investissement

Les entreprises privées et les divers fonds représentent de très bons profils pour vous accompagner dans l’innovation. En début de processus, lorsque vous avez besoin de financement pour votre R&D ou pour tester votre marché, vous pouvez faire appel aux fonds d’amorçage. Du moment où votre jeune entreprise est légèrement plus mature et que vous souhaitez vous faire accompagner pour passer à la phase d’industrialisation, les fonds de capital-risque sont les financeurs vers lesquels vous tourner. Votre entreprise est très mature ? Si vous êtes côté en Bourse, les investisseurs du marché côté appuient votre développement. 

En parallèle et quelle que soit votre phase d’avancement, les fonds de capital-innovation sont particulièrement adaptés à votre projet. Pour en savoir plus, découvrez les différents types de fonds d’investissement

Les montants varient énormément entre les fonds et les étapes de votre entreprise. Pour savoir quand et à qui s’adresser, découvrez notre guide de la levée de fonds.

Par ailleurs, la French Tech propose également un fonds, French Tech Accélération, qui intervient auprès d’accélérateurs en société privée ou dans des fonds d’investissement. Il se concentre sur les secteurs du numérique, les medtechs, les cleantechs et les biotechs.

Les industriels sectoriels disposant d’un fonds d’investissement

Certains fonds d’investissement se trouvent ailleurs que dans des structures spécialisées. Des opportunités existent au sein même des industries sectorielles. Selon votre domaine, vous pouvez faire appel à des industriels spécialisés dans le financement d’entreprise et de l’innovation. De grandes entreprises développent leurs véhicules dédiés à l’investissement pour les PME ou les start-ups. Véritable relais de croissance pour le capital-risque, ils incarnent un soutien précieux dans divers secteurs. On peut notamment citer Orange Digital Ventures, Total Energy Ventures, MM Innov, ou encore Axa Seed Factory.

Les start-ups studios 

Un start-up studio est un lieu qui rassemble plusieurs start-ups. Plus poussé qu’un incubateur ou un espace de coworking, le start-up studio intervient directement dans la création de ces entreprises. L’entrepreneur voit à travers le start-up studio un co-fondateur de son entreprise (à la différence du FabLab) et bénéficie de nombreuses ressources matérielles et humaines. 

Autre point unique : des professionnels de plusieurs horizons participent à la création de toutes les start-ups, c’est-à-dire qu’un designer propre au start-up studio aidera les 3 ou 6 entreprises du studio dans leur partie design. Ainsi, les ressources extérieures sont mutualisées et les besoins en phase de création sont comblés rapidement. 

Première exigence pour intégrer un start-up studio : être aux prémices de son entreprise puisque le studio accompagne from scratch. Dans certains modèles, le start-up studio participe également au financement de ses start-ups.

Bpifrance

Bpifrance propose une large palette d’aides à l’innovation via des prêts, des aides, des concours, des participations au capital, des garanties et un accompagnement.

Toutes les entreprises (TPE, PME, ETI, Grandes Entreprises) ont accès à une large palette : prêts régionaux, prêts sans garantie, aide à l’innovation pour des projets individuels ou collaboratifs, concours d’innovations, labels, France Investissement Régions, garantie innovation.

Les ETI bénéficient en plus d’aides avec le prêt innov’up, la mobilisation du CIR et le label Eureka. 

Toutes les offres sont répertoriées sur leur site internet.

L’Etat via la DDFIP 

Plusieurs aides publiques favorisent le développement des entreprises innovantes. Le report d’imposition sur les plus-values d’apport de brevet permet aux entreprises qui ont déposé un brevet, une invention brevetable ou un procédé de fabrication industrielle de reporter leur plus-value jusqu’à la cession, le rachat, l’annulation ou la transmission de l’entreprise ou jusqu’à la cession par la société bénéficiaire.

Il existe également le soutien à la conception de logiciels ou le crédit d’impôt des métiers d’art très spécifiques. Ces aides varient en montant, en condition, en nature et en secteurs.

L’Union Européenne

L’Union Européenne a mis en place deux systèmes pour soutenir l’innovation : le FEDER et Horizon 2020.

Le FEDER est un programme européen à échelle territoriale qui vise à soutenir, entre autres, la recherche et l’innovation des entreprises. La participation du FEDER prend la forme de subventions, de prêts, de garanties ou d’instruments du capital.

Le programme-cadre de recherche Horizon 2020 vise à développer la recherche et l’innovation dans l’Union Européenne. Il accélère le financement et simplifie l’accès à ces financements. Via des appels (à projets ou à candidature), le programme Horizon 2020 accompagne des entreprises, et particulièrement des PME, via des financements directs. Les montants et durées varient selon les projets.

Les prêts 

Très présents dans le financement de l’innovation, les prêts d’honneur et les prêts bancaires à la création incarnent de bons leviers de développement. Le prêt d’honneur est délivré par Initiative France et le Réseau Entreprendre afin d’aider les jeunes entreprises à accéder au prêt bancaire. Le prêt bancaire à la création est à regarder du côté de votre établissement bancaire.

Quels types de financement pour l’innovation d’entreprise ?

Les subventions

Les subventions interviennent à tout stade de développement de votre entreprise. Les premières vers lesquelles vous tourner sont les subventions régionales qui permettent, notamment, de valider les opportunités techniques, technologiques et économiques de votre situation. La Bourse French Tech vous permet également d’obtenir des subventions pour votre projet de création d’entreprise. Si votre innovation est une innovation de rupture, vous êtes éligible à la Bourse French Tech Emergence.

Petite entreprise, si vous n’êtes pas spécialisée dans l’innovation comme nommée par les financeurs, mais que vous réalisez une démarche dans l’innovation, vous pouvez bénéficier du Diagnostic Innovation. La subvention est délivrée par Bpifrance en partenariat avec votre région.

Lorsque votre projet est plus mature, mais qu’il n’est pas encore à sa phase de lancement, vous pouvez faire appel à l’Aide pour la Faisabilité de l’Innovation (AFI) ou aux Partenariats Régionaux d’Innovation (PRI) de faisabilité.

Les exonérations fiscales

Le statut le plus avantageux pour bénéficier d’une exonération fiscale est le statut Jeune Entreprise Innovante (JEI) ou Jeune Entreprise Universitaire (JEU). Ainsi, vous bénéficiez de plusieurs exonérations fiscales et sociales. Pour en savoir plus sur les statuts, rendez-vous plus bas.

Les prêts ou avances récupérables

Bpifrance propose deux types de prêts d’amorçage : le prêt d’amorçage pour préparer une levée de fonds et le prêt d’amorçage investissement post-levée de fonds. L’organisme propose également le prêt innovation pour finaliser le lancement industriel et commercial. Pour financer les investissements immatériels et le BFR, vous pouvez faire appel au contrat de développement innovation.

Les concours

Le concours le plus connu est sûrement le concours i-Lab organisé par le Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. Au sein de ce concours se trouve également le Prix Pépite qui récompense l’entrepreneuriat étudiant. Le concours d’innovation i-Nov co-finance les projets de recherche, de développement et d’innovation

Les concours régionaux sont également très intéressants puisque nombreux et sectoriels. Retrouvez toute la liste par CCI ici.

Les garanties

Des acteurs comme Bpifrance accordent aux PME innovantes des garanties des fonds propres. La garantie innovante permet également aux TPE et PME de bénéficier de garanties pour des prêts.

Les levées de fonds

L’innovation de votre entreprise, de votre offre ou de votre infrastructure intéresse également les fonds d’investissement. Pour cela, vous pouvez vous diriger vers les fonds de capital-innovation qui vous aideront dans chaque étape de votre évolution. Trouvez des noms et des exemples dans notre article dédié à la levée de fonds.

Les financements selon la maturité de votre entreprise

1. Valider la faisabilité technologique

Lorsque vous êtes en phase de création d’entreprise ou en phase de validation de la faisabilité technologique, les financements les plus adaptés pour vous se font sous la forme de subventions. Subventions de l’État, de Bpifrance, Bourse French Tech ou subventions régionales vous aideront à passer de l’idée au projet. À ce stade, vous pouvez également faire appel à la Love Money, aux Business Angels ou aux start-up studios.

2. Accélérer votre développement

Lorsque votre projet est déjà plus avancé et que vous voulez passer à un stade supérieur, les prêts et avances récupérables sont pour vous! Profitez des solutions de Bpifrance ou de votre banque pour soutenir votre développement. En parallèle, vous pouvez faire appel aux garanties et contre-garanties bancaires qui vous facilitent l’accès au prêt bancaire. Dans le secteur privé, votre structure est éligible à des démarches auprès des plateformes de crowdfunding, des fonds d’amorçage, des Family Offices, des accélérateurs, des Business Angels et des fonds industriels.

   3. Industrialiser votre innovation

Si votre innovation est déjà éprouvée et que vous entrez en phase d’industrialisation et de commercialisation, votre entreprise intéressera les concours d’innovation. Vous pouvez également chercher du côté du privé avec les fonds de capital-risque, les fonds industriels, les bourses et les Family Offices.

Le financement de l’innovation est intégré à la grande famille du financement. Retrouvez notre article sur les investissements de la phase d’idéation à la phase early stage. N’oubliez pas, à chaque étape, vous avez accès à des investisseurs en capital. Pour connaître les plus adaptés, faites-vous aiguiller par des experts en financement.

Quels sont les financements les plus connus pour votre innovation ?

L’éligibilité à un crédit d’impôt n’exclut pas la possibilité de pouvoir en bénéficier d’un autre. Par exemple, si vous bénéficiez du statut Jeune Entreprise Innovante (JEI), vous pouvez également prétendre au Crédit impôt recherche (CIR) ET au crédit impôt innovation (CII). Faites vous accompagner par nos experts FinKey afin de ne pas rater vos financements.

Le crédit d’impôt recherche 

Le crédit d’impôt recherche (ou CIR) permet de déduire de ses impôts une partie des sommes investies dans la recherche fondamentale et le développement expérimental au sein de l’espace économique européen.

Le CIR concerne toutes les entreprises industrielles, commerciales, artisanales et agricoles, quel que soit leur statut juridique, qui sont soumises à l’IS. Certaines entreprises exonérées d’impôt comme les JEI, les reprises des entreprises en difficulté et les entreprises en zone aidée peuvent également bénéficier du CIR. 

Le montant est de 30% pour les dépenses <100 M€ et de 5% au-delà. Le crédit d’impôt est imputé sur l’IS pour l’année pendant laquelle les dépenses de recherche sont effectuées.

Retrouvez ici notre article dédié au Crédit impôt recherche.

Le crédit d’impôt innovation

Le CII est une extension du CIR qui concerne les dépenses liées aux prototypes et installations pilotes de nouveaux produits. Il concerne uniquement les PME.

Le montant est de 20% (et 40% pour les départements d’outre-mer et de Corse). Il est plafonné à 400 K€ par an.

Retrouvez ici notre article dédié au Crédit impôt innovation

Le statut de Jeune Entreprise Innovante 

Le statut de JEI permet de bénéficier d’exonérations fiscales et sociales. Les PME de moins de 8 ans et les indépendants sont éligibles. Les dépenses en R&D doivent être de 15% minimum des charges fiscalement déductibles. 

Les exonérations d’impôt sont totales pendant le premier exercice, puis de 50% pour les exercices suivants. La cotisation économique territoriale et la taxe foncière sont également déduites pendant 7 ans. 

Les JEI bénéficient aussi d’exonérations sociales sur la rémunération de certains personnels pendant environ 7 ans. Les montants totaux sont plafonnés. 

Retrouvez ici notre article dédié au statut de Jeune Entreprise Innovante

Le statut Jeune Entreprise Universitaire 

Extension et adaptation du statut JEI, le JEU concerne des entreprises qui appartiennent à minima à 10% d’étudiants qui valorisent les travaux de recherche des associés réalisés au cours de leur scolarité ou dans l’exercice de leurs fonctions dans un établissement d’enseignement supérieur. L’entreprise JEU doit avoir une convention avec son établissement d’enseignement supérieur. 

Les exonérations, montants et conditions sont similaires à la JEI.

Retrouvez ici notre focus dédié au statut de Jeune Entreprise Universitaire au sein de notre article dédié aux JEI

Le prêt innovation R&D 

Conçu par Bpifrance, Le prêt innovation R&D aide les entreprises qui mènent des travaux de recherche industrielle et de développement expérimental ou développent un partenariat avec un acteur étranger.

Il concerne les PME et entreprises de moins de 2 000 salariés. 

Ce financement couvre une partie des dépenses liées au développement de l’innovation (prototype, démarche design, étude de marché, propriété intellectuelle…). L’aide prend la forme d’une avance récupérable ou d’un prêt. Cette intervention peut couvrir entre 25% et 65% de l’assiette des dépenses retenues en fonction de plusieurs caractéristiques.

Le programme H2020 

Parmi le vaste cadre d’Horizon 2020, les entreprises innovantes ont tout intérêt à se tourner vers les actions de recherche et d’innovation (RIA), les actions d’innovation (IA), la voie express pour l’innovation (FTI) et les communautés de la connaissance et de l’innovation (KIC). Les PME innovantes disposent de plusieurs leviers européens.

Le programme Horizon 2020 étant globalement divisé par secteur, le plus simple reste d’étudier vos possibilités dans votre secteur industriel.

Le projet instrument PME

Intégré au programme Horizon 2020, le projet instrument PME s’adresse à toutes les PME innovantes

Le soutien se divise par étape : en phase d’évaluation du concept et de la faisabilité, l’entreprise peut obtenir jusqu’à 5 K€ et en phase d’application commerciale, elle peut obtenir des subventions de 0,5 M€ à 2,5 M€. La phase de commercialisation est portée par les prêts ou les fonds propres. 

Le programme FEDER 

Via son volet “Recherche et Innovation”, le programme européen FEDER soutient les entreprises innovantes et projets de recherche. Il participe au financement de l’amélioration des structures, des investissements en R&D et des activités de recherche. 

Les aides prennent la forme de subventions, de prêts, de garanties ou du capital. Le montant total alloué à ce volet est de 1,5 Mds€.

Les aides sectorielles 

Votre financement peut se trouver en faisant des recherches en lien avec votre secteur d’activité. Certaines structures comme l’ADEME accompagnent les entreprises dans un domaine spécifique. Justement, l’ADEME accompagne les entreprises innovantes dans le domaine de l’environnement (transition écologique et énergétique).

De son côté, le dispositif RAPID est chapeauté par la Direction Générale de l’Armement.

Au sein de l’univers musical, la DGMIC subventionne les entreprises innovantes.

Dans un premier temps, vous pouvez vous rendre sur le site du ministère rattaché à votre activité pour prendre connaissance des différentes aides. 

Bpifrance peut vous aider, ainsi que les CCI.

Les aides régionales  

C’est dans ce cadre que les CCI régionales interviennent ! Elles rassemblent toutes les aides dont vous pouvez bénéficier. Votre région peut aussi proposer plusieurs programmes pour favoriser le développement des entreprises du territoire. Certaines structures locales organisent des concours et des appels à projet ou à participation. 

Les différentes aides peuvent intervenir à plusieurs moments de la vie de votre entreprise, gardez-les toujours dans un coin de la tête. 

Afin de les connaître, tournez-vous vers les annuaires, les sites institutionnels et les actualités économiques de votre région.

La bourse French Tech

Nationale, la French Tech soutient tous les projets innovants du pays via la Bourse French Tech et la Bourse French Tech Émergence (pour les innovations de rupture). Les bourses sont à destination de toutes les entreprises en création ou récemment créées afin qu’elles testent leur marché et diminuent les risques de la création.

La Bourse French Tech est délivrée via la prise en charge de 70% des dépenses éligibles (études de conception, définition et faisabilité du projet) jusqu’à 30 K€. 

La Bourse French Tech Émergence propose un accompagnement couvrant au maximum 70% des dépenses jusqu’à 90 K€. 

Le dispositif CIFRE 

La Convention Industrielle de Formation par la Recherche vise à faciliter le recrutement des doctorants en entreprise. Pour être éligible, vous devez embaucher un doctorant dont le projet de recherche mènera à la soutenance d’une thèse. La subvention s’obtient dans le cadre d’un partenariat doctorant-entreprise-laboratoire de recherche.

L’aide est à hauteur de 14 K€ par an pendant 3 ans. 

Bon à savoir : les dépenses engendrées par une CIFRE sont éligibles au CIR.

Quelles entreprises sont éligibles à une levée de fonds ? 

Le financement de l’innovation est-il accessible à tous ? Bonne nouvelle : OUI !

De l’entreprise en précréation à la grande entreprise, en passant par la start-up, l’ETI ou la PME, toutes les structures françaises ont la possibilité de recourir à des financements pour leurs innovations. 

Les start-ups se tourneront vers les sources de financement dans leurs phases de lancement et d’accélération.

De leur côté, les PME trouveront un financement dans le cadre du lancement de nouveaux produits ou dans la transformation digitale de leur entreprise. Le principal étant de contacter les bonnes personnes au bon moment. 

Comment qualifier le financement d’une entreprise innovante ? Selon les CCI, l’innovation porte sur les hautes technologies et les secteurs de pointe, mais aussi les entreprises de milieux industriels ou de services qui souhaitent opérer une innovation dans leur processus, offres ou fonctionnement.

Les avantages du financement de l’innovation

Qu’elle soit au niveau du produit, du procédé, de la commercialisation ou de l’organisation, l’innovation représente un coût non négligeable pour l’entreprise avec un ROI incertain. 

Son besoin en financement est parfois tel qu’il est difficile pour la structure de le supporter. C’est particulièrement le cas pour les jeunes ou les petites entreprises. 

Le financement extérieur d’une innovation tout au long de son cycle de vie permet de répondre à la baisse des capacités d’autofinancement des entreprises. 

L’un des grands avantages du financement de l’innovation en France, est qu’il réside dans la pluralité des acteurs. Toutes les solutions de financement ne proviennent pas forcément de structures où la recherche de rentabilité prime sur l’innovation en développement. Certaines solutions le proposent et sont parfaitement adaptées à des profils plus matures qui présentent une innovation éprouvée. À l’inverse, dans le cadre d’un démarrage où la rentabilité peine à se découvrir, les entreprises peuvent déclencher divers leviers – la plupart du temps, publics – afin de donner le temps nécessaire à leur innovation de naître. 

L’autre avantage à souligner porte sur la pluralité des entreprises éligibles. Pas besoin d’être une start-up, et encore moins une licorne, pour profiter des dispositifs existants. 

Quels que soient la nature de votre innovation, la maturité de votre entreprise ou le profil des financeurs, il est possible et même conseillé de trouver un financeur pour votre innovation. Le plus dur sera de trouver le bon ! Pour cela, faites appel à des experts en financement qui trouveront le bon interlocuteur pour votre projet.

Les contraintes et inconvénients du financement de l’innovation

Selon le degré d’aide dont vous bénéficiez, les contraintes du financement de l’innovation diffèrent. Dans certains cas, les aides peuvent s’avérer trop faibles par rapport à vos besoins

Dans un financement plus global et dilutif, les contraintes sont semblables à celles des levées de fonds, car les financeurs provoquent un changement du rapport de force et du poids de vos décisions en tant que créateurs

D’autres contraintes sont intrinsèques aux aides apportées : réussite d’un concours, recrutement très spécifique, portée européenne, rentabilité à court terme… Certains financements publics demandent un temps de traitement du dossier assez long qu’il faut intégrer à son programme. 

Les financements les plus remarquables 

Avec 3 Mds€ alloués aux aides directes, le financement de l’innovation se porte bien en France. Et les résultats sont là : les PME françaises sont plus innovantes que leurs voisines européennes (52,7% vs 46,2%), l’embauche du nombre de chercheurs est plus forte (+11,28%) et la demande de brevet affiche un beau score de 22 dépôts, devançant tous les pays d’Europe. Vous voulez en savoir plus ? Retrouvez tous ces chiffres et bien d’autres dans l’Observatoire du financement de l’innovation 2019.

 2019 se révèle être un bon cru pour la R&D en France avec 6 levées de fonds majeures rassemblant la coquette somme de 477,6 M€.

Découvrez les plus importantes success stories de ces derniers mois :

Ynsect : le spécialiste de l’élevage et de la transformation d’insectes en ingrédients destinés au marché de l’alimentation animale a réussi une levée de fonds de 110 M€ en février dernier auprès d’Astanor Ventures, Bpifrance, Idinvest Partners, Talis Capital, Finasucre, Compagnie du Bois Sauvage, Crédit Agricole, Caisse d’Épargne et Happiness Capital. L’entreprise pionnière dans l’agroalimentaire alternatif souhaite désormais créer un site de production plus important et amorcer son développement international.

Dashlane : premier ex aequo avec Ynsect, Dashlane réalise également une levée de fonds de 110 M€ auprès de Sequoia Capital, Rho Ventures, FirstMark Capital et Bessemer Venture Capital en série D. L’entreprise spécialisée dans la gestion de mots de passe va pouvoir améliorer son offre de fond, proposer d’autres fonctionnalités et bâtir sa marque.

Wynd : la start-up spécialisée dans le commerce unifié propose une solution omnicanale pour les retailers. Récoltés auprès de Natixis, Sofina et BNF Capital, les     72 M€ issus de la levée de fonds serviront principalement au développement international et à la croissance produit via l’Intelligence Artificielle.

Vade Secure : le service de protection des messageries électroniques a su convaincre les plus grands opérateurs mondiaux ces derniers temps. Résultat, la start-up réussit un tour de table de 70 M€ grâce au fond américain General Catalyst. Un bon moyen de se développer à l’international ! Leur second objectif consiste à renforcer l’IA de leur offre.

Bioserenity : la jeune entreprise incubée à l’IPEPS-ICM évolue dans le domaine de la e-santé. Bioserenity développe des solutions médicales de télé-expertise sur les pathologies chroniques afin d’accélérer le diagnostic, d’accompagner les solutions thérapeutiques et de faciliter le suivi. L’entreprise a récolté cette année 65 M€ auprès de Dassault Systèmes, Idinvest Partners, LBO France et Bpifrance lors de sa Série B. La start-up medtech souhaite se développer aux Etats-Unis et continuer ses recherches en IA et IoT.

Mirakl : Le leader des solutions de marketplace est en pleine phase de croissance exponentielle ! Via une récolte de 62 M€ avec Brain Capital Ventures, 83North, Felix Capital et Elaia Partners en série C, la scale-up compte investir dans sa technologie et recruter dans les zones Asie-Pacifique et Amérique Latine.

Conclusion

Vous avez désormais un panorama complet des opportunités qui s’offrent à vous. De l’échelle très locale à l’échelle européenne, de la garantie à la levée de fonds, du concours à l’AAP, il existe des dizaines de sources de financement pour soutenir votre innovation ! Les avantages sont nombreux et les inconvénients, limités. Que vous soyez une PME mature ou une jeune start-up, ne laissez pas le vaste choix vous décourager, faites plutôt appel à un expert en financement ! Vous trouverez ensemble la solution la plus adaptée à votre projet et vos ambitions.