Découvrez les aides entreprises pour faire face au coronavirus

7 aides aux entreprises face au Coronavirus

L’État débloque des aides aux entreprises pour face au Coronavirus COVID 19. En cette période de pandémie, l’État français a décidé de réagir vite et efficacement pour supporter et aider toutes les entreprises françaises. Le risque majeur de ralentissement de l’activité pourrait peser sur la trésorerie des entreprises pendant plusieurs semaines.

Dans ce cadre, le gouvernement a annoncé certaines mesures dans l’objectif de venir accompagner financièrement les entreprises. Que ce soit les startups, les TPE/PME ou les grands groupes, plusieurs mesures d’urgence sont mises en place.

La question est de savoir quelles sont ces aides ? Comment obtenir ces aides aux entreprises face au coronavirus ? Quelles démarches réaliser pour bénéficier des aides d’entreprise ? FinKey vous explique tout ce qu’il faut savoir sur ces mesures d’urgence pour soutenir les entreprises.

Pour tous les entrepreneurs et dirigeants plusieurs actions de soutien à l’économie sont désormais mobilisables. Voici, les 7 aides aux entreprises face au coronavirus :

1 – Les cotisations sociales et/ou fiscales (impôts, URSSAF) pourront être payées plus tardivement.

Les délais de paiement sont allongés pour toutes les entreprises en faisant la demande. Les employeurs et professions libérales peuvent se connecter à leur espace en ligne sur www.urssaf.fr et signaler leur situation via la rubrique. « Une formalité déclarative » / « Déclarer une situation exceptionnelle ». II est également possible de joindre l’Urssaf par téléphone au 3957 (0,12€ / min+ prix appel). Plus de détails ici.

Pour les travailleurs indépendants, il est également possible de demander une anticipation de la régularisation annuelle. Cela permet d’obtenir un recalcul des cotisations cohérent avec la santé de l’entreprise. Vous obtiendrez un nouvel échéancier de paiement des cotisations provisionnelles.

2 – Des remises d’impôts directs pour les sociétés

Pour les sociétés les plus en difficulté, un examen individualisé peut être demandé afin d’obtenir des annulations directes de certains impôts.

3 – Le rééchelonnement des crédits bancaires.

La Banque de France et l’État veulent apporter leur soutien aux entreprises en facilitant les discussions avec les organismes bancaires. Le médiateur du crédit pourra entrer en jeu dans les discussions.

4 – Le chômage partiel simplifié et renforcé.

L’objectif du gouvernement est de maintenir l’emploi dans les entreprises. Le chômage partiel permet aux entreprises de ne pas licencier en cas de baisse d’activité. L’État peut prendre en charge une partie du coût des salariés.

5 – La contre garantie de BPI France

Pour accompagner les entreprises impactées par l’épidémie de coronavirus, Bpifrance a activé différentes mesures de soutien et notamment l’octroi de la garantie Bpifrance. Cette garantie peut monter jusqu’à 90 % pour les prêts de trésorerie accordés par les banques privées françaises aux PME.

BPI France veut également faciliter la prolongation des garanties classiques des crédits d’investissement, pour accompagner les réaménagements opérés par les banques, sans frais de gestion.

Enfin, un réaménagement des crédits moyen et long terme pour les clients de Bpifrance, peut être proposé sur demande qu’il faudra motiver. Sachez qu’un numéro vert a été mis en place cet effet : 0 969 370 240  

6 – Non-application de pénalités de retards sur les marchés publics.

Le Coronavirus COVID 19 a été reconnu comme un cas de force majeure par l’État. Selon la Centrale d’Achat Public (UGAP), l’ensemble des marchés publics ne seront pas pénalisés en cas de retard de livraison ou de réalisation. La mesure s’applique à toutes les commandes enregistrées depuis le 2 mars et dont la livraison était prévue avant le 30 juin 2020.

7 – L’aide au traitement d’un conflit 

Si vous entrez en conflit avec l’un de vos fournisseurs ou clients, sachez que vous pouvez bénéficier d’une aide proposée par l’État pour traiter la situation conflictuelle.

Comment ça marche le chômage partiel ?

En tant qu’employeur, vous avez la possibilité de réduire temporairement le temps de travail de vos salariés. Vous versez à vos salariés une indemnité horaire. Cette indemnité représente 70% du salaire brut. En contrepartie, l’État et l’UNEDIC versent une aide à l’entreprise appelée allocation forfaitaire. Cette aide spéciale aux entreprises en cas de chômage partiel peut s’élever à 7,74 € par heure chômée.

Pour engager une action de chômage partiel, vous devez ouvrir un dossier directement en ligne sur le site de pôle emploi.

Lors de cette demande, vous allez demander une autorisation pour l’ensemble des heures d’activité partielle que vous envisagez pour vos salariés.

Après validation de cette demande, vous aurez une indemnisation pour la totalité des heures réellement effectuées. Attention, il existe une limite du nombre d’heures autorisées. Compte tenu de la situation actuelle, vous pouvez réaliser une demande à posteriori jusqu’à 20 jours de retards.

Est-il encore possible d’obtenir des financements pour mon entreprise ?

La réponse est OUI. Les aides aux entreprises sont des mesures de soutien de l’État mais les financeurs ne vont pas couper les crédits du jour au lendemain. Les processus de demandes et d’obtention de financements d’entreprise sont toujours en cours. Que ce soit des levées de fonds, des crédits d’impôts ou des prêts d’entreprise, ne limitez pas vos projets. Au contraire, les situations de crise peuvent permettre un renouvellement et une diversification de vos sources de financement. Connectez-vous directement à votre espace entreprise sur notre site pour connaître vos solutions de financement. Vous pouvez également faire appel à nos experts pour un diagnostic approfondi de votre situation de financement.

Partagez cet article sur

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Recherchez un article