La croissance externe est un mode développement des entreprises. Il concerne les opérations d’acquisition ou de rachat menées par une entreprise pour accélérer son développement économique

Qu’est-ce que la croissance externe ?

La croissance externe est un mode développement des entreprises qui consiste à faire l’acquisition d’une société pour des raisons financières et/ou stratégique. A l’opposé de la croissance organique qui est progressive, le développement par croissance externe permet d’accélérer rapidement le développement de son entreprise.

Les opérations d’acquisition ou de rachat sont menées par des entreprises d’une taille significative (PME/ETI/Grand Groupe) pour accélérer leur développement économique. Plus simplement, c’est la reprise d’entreprise réalisée par une autre entreprise. Les experts du secteur financier parlent de fusion-acquisition ou encore de fusacq car les sociétés se rapprochent d’un point de vue opérationnel. Dans certains cas, les entités juridiques sont amenées à fusionner pour devenir une seule et unique société. La terminologie anglo saxonne M&A pour Merger and Acquisition est également très utilisée pour qualifier ces opérations et les cabinets qui réalisent le conseil.

Sur le marché boursier, ces opérations de reprises sous montage LBO sont dénommées OPA pour offre publique d’achat qui consiste à racheter les titres cotés en bourse d’une entreprise. Ces opérations peuvent être amicales lorsque les parties se sont entendues sur un prix de vente. Au contraire, on parle d’OPA hostile quand l’offre de rachat est annoncée sans accord préalables des deux sociétés.

Sur le marché non-côté, c’est-à-dire les TPE, PME ou encore les entreprises de tailles intermédiaires (ETI), les offres de rachat sont forcément consenties par les deux parties. En effet, les titres financiers n’étant pas cotés sur un marché accessible par les investisseurs, le rachat des actions de l’entreprise nécessite un protocole de négociation et un accord des parties. On parle alors d’opération de gré à gré.

Pourquoi parle t-on de croissance externe ?

Le terme de « croissance » fait référence à la croissance du chiffre d’affaires, de la rentabilité de l’entreprise ou encore de ses actifs mobiliers, immobiliers ou immatériels. On utilise le terme de croissance externe en opposition à la croissance interne de l’entreprise. Plus précisément, la croissance interne appelée aussi croissance organique se caractérise par le développement commercial et l’acquisition de part de marché. Ce type de croissance pour des entreprises traditionnelles, est souvent lente et progressive.  Même si certaines entreprises affichent des taux de croissance élevées, la progression organique attend souvent des plafonds à partir d’un certains niveaux de chiffres d’affaires.  

En d’autres termes, la croissance externe fait partie des solutions les plus puissantes pour développer un groupe à tout niveau : effectif, savoir faire, part de marché, rentabilité, offre de service ou produit. Elle permet d’accéder à un levier de développement économique extérieur à l’entreprise. Le rachat de l’entreprise ciblé par l’acquéreur va apporter à la société acquéreur un véritable accélérateur pour son développement.

Qui réalise des croissances externes ?

Ces opérations financières et juridiques sont réservées aux entreprises matures et rentables. Ce sont majoritairement des sociétés qui ont une structure financière solides et stables. En effet, la croissance externe implique nécessairement  un financement de la cible à acquérir. Il provient des ressources financières internes à l’entreprise (trésorerie) ou des solutions de financement externes très spécifiques. On parle d’outils de financement comme : la dette senior, la dette mezzanine, les obligations, les obligations convertibles. Les opérations de croissance externe sont souvent construites avec l’aide financière d’investisseurs privés. Ces fonds d’investissement spécialisés en transmission sont aussi appelés fonds de capital transmission.

Ce sont donc principalement des PME, des ETI ou des grands groupes qui décident de mettre en place ce type d’opération pour accélérer leur développement technique ou commercial.

Ces opérations ne sont pas gérées en direct par les entreprises (sauf exception pour les entreprises disposant d’une cellule M&A en interne). En effet, les opérations de fusacq nécessitent une grande expertise technique pour mettre en place des protocoles transactionnels d’acquisition.

Ces experts en ingénierie financière qui font partie du réseau FinKey sont appelés banque d’affaires ou encore cabinet M&A. Ils traitent exclusivement de ce type d’opérations et des levées de fonds associées au financement.

Appelez également boutique de fusacq, elles vont gérer l’intégralité du processus d’acquisition de l’identification de la cible au rachat de l’entreprise. Ils existent en France plusieurs centaines de cabinets qui disposent de compétences souvent spécifiques et liées à des expertises sectorielles.

La composante géographique de votre opération de croissance externe est particulièrement importante pour choisir votre partenaire conseil. En effet, si votre cible d’acquisition est à l’international, il faut choisir une banque d’affaires qui dispose du bon réseau local. Au contraire, si c’est une opération plus régionale, il faudra peut-être sélectionner un intermédiaire financier plus adapté. FinKey vous orientent vers la banque d’affaires la plus adaptée à votre entreprise selon votre projet et vos besoins.

Si vous avez appréciez cet article, peut-être que cela peut vous intéresser :

Préparez votre opération financière

Partagez cet article sur

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Recherchez un article