Les différents types de fonds d’investissement

Mieux comprendre les différents fonds d'investissement FinKey

OPC, SCPI, FPE, FPCI… Si vous vous intéressez à la Bourse ou simplement aux solutions de financement d’entreprise, vous avez sûrement entendu ces acronymes. Ce langage est pour vous du charabia ? Vous avez du mal à suivre les conversations dans les dîners mondains ou avec votre banquier ? Oubliez votre gêne, FinKey vous explique tout ! Vous allez comprendre la différence entre les différents fonds d’investissement, ces grands acteurs du financement. Faites d’une pierre deux coups : vous connaissez désormais les termes et vous savez à qui vous adresser lors de votre recherche ! 

Le mieux reste quand même de faire appel à un expert en financement du réseau FinKey pour réaliser votre levée de fonds

1. Les fonds de capital investissement

Le capital investissement concerne les fonds d’investissement qui s’intéressent aux jeunes entreprises (comme les start ups), les PME les ETI (Entreprise de Taille Intermédiaire) . Ce sont eux qu’il faut viser dans le cadre d’une recherche de financement de type de levée de fonds par augmentation de capital. Ces fonds sont gérés par des sociétés de gestion spécialement dédiées à ce type d’activité. 

Nous en avons listé 4 types selon votre projet et votre maturité. Des sociétés ciblées les plus jeunes au sociétés les plus matures commercialement ou techniquement.

Le fonds d’amorçage

Cet organisme financier intervient au tout début de votre projet, juste après l’intervention de votre en capital personnel, de Love Money ou de subventions. Il vous apporte des fonds pour faire évoluer votre projet de l’idée à l’essai commercial afin de valider votre marché. La plupart du temps, vous bénéficiez également d’un accompagnement humain et de réseau. Historiquement géré par des société spécialisées, le fonds d’amorçage se développe désormais au sein des incubateurs comme Le HUB612 ou via des investisseurs publics à l’image du fonds Ambition Amorçage Angels de Bpifrance. Les incubateurs qui gèrent également des fonds d’amorçage sont appelés des accélérateurs de start up.

Le fonds de capital-risque ou venture capital

Dans la croissance d’une start-up, c’est le second type de fonds qui peut intervenir d’un point de vue capitalistique. Pourquoi l’appeler « capital risque » ? Simplement parce que le fonds qui intervient très en amont du projet ne sait pas s’il profitera d’une rentabilité et encore moins, d’un rentabilité rapide. Il prend donc un risque majeur pour financer les jeunes pousses à fort potentiel. Le fonds de capital risque s’adresse majoritairement aux entreprises innovantes ou technologiques avec un fort potentiel de développement commercial. Toutes les sociétés avec une activité plus traditionnelle sont souvent exclues du champs d’investissement. 

Dans cette catégorie, les fonds comme Kima Ventures, Xange ou Partech Ventures sortent particulièrement du lot sur le marché même s’il en existe plusieurs centaines en France.

Le fonds de capital développement

Ce type de fonds dédié au développement est très intéressant pour vous si votre entreprise est mature. C’est à dire une activité qui réalise un chiffre d’affaires d’au moins 2 M€ chaque année, en croissance et dégageant une rentabilité d’exploitation minimum de 5%. Le fonds de capital développement s’adresse très largement à des TPE / PME en recherche de financement dans une logique d’ouverture du capital. Il vous aidera à développer votre activité, à accélérer votre croissance interne,  ou organiser une opération de croissance externe.

Dans le secteur financier ces fonds se nomment Private Equity. Tout comme les fonds de capital capital risque, il en existe plusieurs centaines avec des stratégies et philosophie d’investissement très variés. On peut citer des acteurs comme Initiative & Finance ou Siparex

Faire le tri est particulièrement complexe, nous vous conseillons d’être accompagné par expert du domaine comme une banque d’affaires ou un leveur de fonds. FinKey vous aide à choisir le meilleur conseiller. 

S’il cela vous intéresse, lisez notre article dédié à ces fonds et aux opportunités de financement pour les PME.

Le fonds de capital transmission

Le fonds de capital transmission se focalise sur les transactions d’achat / vente d’entreprise plus particulièrement sur les PME et ETI. Cette activité de transmission est aussi appelée fusion acquisition, Fusacq ou encore M&A (pour merger & acquisition).

Ainsi, ces fonds vont financer les montages financiers permettant de transmettre les entreprises. Ils accompagnent l’expansion à long terme de votre entreprise, assure la consolidation ou facilite la transmission. 

Ils disposent d’une grande expertise financière dans les opérations à effet de levier comme appelées LBO. Ils peuvent se positionner comme investisseur en capital ou financeur sous forme de dette senior

N’hésitez pas à consulter notre article dédié à la transmission et plus particulièrement le LBO.

2. Les fonds dédiés à l’immobilier

Appelés fonds d’investissement immobilier ou fonds de placement immobilier, ces organismes sont légion en France, la faute à notre amour pour l’investissement dans la pierre. Leur stratégie est focalisée uniquement sur la partie immobilière, il est donc inutile de les contacter dans le cadre d’une levée de fonds classique.

Il existe plusieurs types fonds pour l’immobilier : 

  • les OPCI (Organismes de Placement Collectif en Immobilier),
  • les SCPI (Sociétés Civiles de Placement Immobilier), 
  • les OPCVM (Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières) qui regroupent les SICAV et les FCP, ainsi que les SIIC (Sociétés d’Investissement Immobilier Cotées).

Le placement collectif consiste à investir dans plusieurs projets immobiliers afin de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier. On parle de diversification du risque. Certains fonds immobilier porte la mention « cotée ». Il signifie que le véhicule d’investissement est côté sur les marchés financiers (la Bourse). Certains fonds comme les OPCVM fonctionnent via des actions ou obligations. D’autres fonds à l’image des SIIC couvrent tous les domaines d’immobilier.

Pour investir, nous vous conseillons de prendre conseil auprès d’un gestionnaire de patrimoine expert ou d’un banquier privé.

3. Les fonds d’investissement en Bourse appelé fonds côté

Ces fonds d’investissement sont généralement nommés OPC pour Organisme de Placement Collectif. Ce sont eux que l’on désigne lorsque l’on parle de placement en Bourse. Ces fonds investissent aussi bien dans de très grandes entreprises (CAC40) que dans des cours de matières premières par exemple. Certains cependant se spécialisent dans le placement d’actions de petites et moyennes entreprises.

Pour une entreprise de taille moyenne ou une personne physique qui souhaitent placer son épargne, ils ne forment pas toujours la réponse la plus intéressante en termes de stratégie de placement. La preuve, en 2018, les fonds d’investissement en actions cotées à grande valeur française ont accusé une baisse de 14,5 %. Ne parlons même pas des besoins en financement des startups et des PME, ils ne jouent pas dans la même cour.

4. Les fonds de prêt à l’économie

Ces fonds de prêt sont principalement financés par les organismes d’assurances, et les investisseurs institutionnels comme les banques. Créés en 2013, ce type de fonds d’investissement est réservé aux PME et ETI qui ont une activité commerciale, industrielle, agricole ou immobilière. Ils financent le développement et la croissance des entreprises nationales. Ils interviennent sous forme de prêt à moyen ou long terme et se différencient des banques classiques notamment par la taille des financements alloués et par leur process de décision ne respectant par les mêmes normes. 

Les fonds de prêt à l’économie font partie des outils de financement de désintermédiation financière. En effet, les flux financiers sont alloués hors des processus bancaires traditionnels et contribuent à diversifier le risque systémique lié à l’entreprise des banque sur le marché. Ils permettent de connecter plus simplement les prêteurs et les emprunteurs entre eux sans passer par les banques.

Si vous souhaitez en bénéficier, tournez-vous vers le réseau FinKey qui vous permettra d’être accompagné par un expert métier du secteur et trouver la société de gestion adaptée à votre entreprise.