Tout savoir sur le private equity

Le private equity correspond à l'activité de financement et d'investissement dans les entreprises provenant de sources non-bancaires.

Qu’est-ce que le private equity ?

Le private equity est la traduction anglaise de capital investissement. Littéralement, on peut retenir le terme de “capital privé”. Il correspond à l’activité de financement et d’investissement dans les entreprises provenant de sources non-bancaires.  Cette activité est également appelée financement du marché non-côté car il concerne uniquement des sociétés qui ne sont pas cotés en bourse. On parle aussi de financement de l’économie réelle en opposition à l’économie de marché qui est souvent décorrelé de la réalité opérationnelle des entreprises. 

Le financement en Private Equity peut prendre la forme d’investissement au capital de société dans le cadre de levée de fonds. Le financement de l’entreprise peut également être réalisé sous forme de dette privée (private debt) pour les PME et ETI et de dette à risque (loan venture) pour les jeunes sociétés au profil de start-up.

Il important de distinguer dans le private equity les activités de Growth Capital qui concerne les entreprises matures (PME et ETI) et le venture capital qui s’intéresse aux start-ups à fort potentiel de développement. Les durées de financement en private equity sont relativement importantes, entre 5 et 8 ans.  Elles nécessitent une implication de long terme de la part des dirigeants qui font appel à ce type de financement.

Les groupes de private equity gèrent principalement des fonds provenant de souscripteurs privés comme les familly offices (famille fortunée), les investisseurs institutionnels (les zinzins), les corporates ou des souscripteurs publics comme la Caisse Des Dépôts et Consignation (CDC) ou encore BPI France (Banque Publique d’Investissement) . 

Les gestionnaires de Private Equity sont totalement indépendants des organismes bancaires ou publics. C’est une classe d’actif particulièrement intéressante pour les investisseurs car elle dégage une rentabilité relativement stable sur le long terme. Depuis 2019, les fonds de private equity sont accessibles à l’assurance-vie et ce qui permet aux gestionnaires de diversifier leurs investissements sur des actifs de l’économie réelle.

Les rentabilités brutes des fonds de private equity sont souvent à deux chiffres. Certains gestionnaires réussissent à dégager des rentabilités de plus de 15% chaque année. Il faut bien comprendre que la performance financière d’un fonds d’investissement dépend uniquement de la capacité de l’entreprise, qui a reçu les financements, à se développer et à performer sur son secteur d’activité. Deux sources de flux financiers permettent de construire la rentabilité d’un investissement : 

  • les flux intermédiaires qui sont caractérisés par des flux financiers reçus par l’investisseur entre la date de versement des fonds et la date de remboursement. Ce sont principalement les dividendes liés la rentabilité de l’entreprise ou le taux d’intérêt.
  • les flux de remboursement ou de cession qui sont définis comme étant le montant qui sera restitué au financeur à échéance de son investissement (horizon de 5 à 8 ans). Ces flux financiers correspondent au prix de cession des actions détenus par l’investisseur ou au remboursement de la dette souscrite par l’entreprise.

Si la somme des flux intermédiaires et des flux de remboursement est supérieure au montant confié à l’entreprise alors le fonds d’investissement réalise une plue value.

Si la somme des flux intermédiaires et des flux de remboursement est inférieur au montant confié à l’entreprise alors le fonds d’investissement réalise une moins-value.

Un fonds de private equity confie ses fonds à plusieurs entreprises afin de diversifier ses risques et optimiser ses performances financières. L’ensemble de ces entreprises constitue un portefeuille de participations composé de 10 à 20 entreprises. 

La somme des plus-value et moins-value réalisée sur chacune des participations permet de déterminer la rentabilité brute globale du fonds d’investissement.

Vous comprendrez naturellement que la sélection des entreprises qui bénéficient des fonds de private equity est particulièrement drastique. La recherche des meilleures entreprises du marché représente une part très importante du temps de travail des équipes de gestion.