définition fusion acquisition

Valorisation entreprise, comment la calculer dans le cadre d’un rachat ?

Procéder à une évaluation entreprise est indispensable dans le cadre de son rachat. Le montant estimé correspond à la somme nécessaire pour pouvoir acquérir la totalité du capital donc de ses titres financiers. Le cédant et le repreneur ont besoin de connaître cette valorisation financière afin de mener à bien la négociation de rachat entreprise. Chacun d’entre eux pourra étayer ses arguments avec des informations tangibles afin de trouver un terrain d’entente pour finaliser la vente sur un prix donné.

Les experts en valorisation financière utilisent plusieurs techniques d’analyse financières et économiques. Celles-ci dépendent essentiellement du type de société à estimer, de la taille de la société ainsi que de la nature de son affaire. 

Les spécialistes de l’estimation de la valeur d’une entreprise ont besoin d’avoir accès à toutes les données nécessaires pour fiabiliser leur calcul. Il s’agit entre autres des données commerciales, comptables et sociales mais également des projections financières de l’entreprise. Le but de cette analyse est d’éviter une sous-estimation ou une surestimation de la valeur de l’entreprise. Le cédant et le repreneur sont alors certains de réaliser une affaire à un prix de marché cohérent.

Les méthodes de valorisation d’une entreprise pour estimer le prix de rachat

Les techniques de valorisation entreprise sont multiples. Le choix de la méthode utilisée doit correspondre avec le type de société à faire estimer. On peut également utiliser plusieurs méthodes de valorisation afin d’obtenir un “range” permettant d’établir un prix cible.

La valorisation entreprise par la méthode des comparables appelée aussi méthode des multiples est la plus courante. Elle consiste à valoriser une société par rapport aux prix de cession des autres sociétés du même secteur d’activité ou ayant des caractéristiques financières proches. Ces sociétés doivent être cotées en bourse et impliquent une analyse approfondie permettant de connaître leur cours du prix de rachat. Cette technique est plus adaptée aux sociétés industrielles ou commerciales, aux réseaux de magasins de mode et ou encore aux restaurants. 

Il est également possible de procéder à la valorisation entreprise par rapport à la valeur de son patrimoine. Cette méthode tient essentiellement compte de la valeur des actifs et du passif. Les dettes et les retraitements sont ensuite déduits afin d’avoir un actif net comptable corrigé. Elle se base uniquement sur le passé de la PME et non sur sa dynamique en cours. Elle ne tient pas compte du réel potentiel de l’entreprise dans l’avenir. De ce fait, elle est faite pour les sociétés de production dont l’activité est stable avec des actifs lourds. 

En ce qui concerne les sociétés à fortes croissances et les start-ups, il est préférable d’utiliser la technique d’évaluation de la rentabilité futur. Elle se base sur la prévision des flux de trésorerie après impôts ainsi que sur l’objectif du taux de rentabilité imposé par les investisseurs. Ces derniers veulent savoir si le rachat d’entreprise à moyen ou long constitue un bon investissement. Ils souhaitent également connaître la durée d’immobilisation de leur capital par rapport à la rentabilité dégagée. Il est également à savoir que vous pouvez 

Valoriser une entreprise, les avantages et les points à vérifier

 

La valorisation entreprise que se soit la valeur d’une PME ou d’une ETI revient au calcul de la valeur financière de ses titres. La meilleure estimation doit tenir compte des données comptables existantes et du potentiel développement de l’entreprise. La ou les méthodes d’évaluation d’une PME, utilisée doivent aussi considérer l’objectif de cette démarche.

En effet, la valorisation d’une PME peut être ordonnée par le dirigeant afin de connaître son patrimoine à un instant précis. Ces données peuvent lui être utiles s’il envisage de vendre son affaire ultérieurement. 

L’estimation de la valeur d’une société peut aussi être motivée par une opération financière de Fusion-Acquisition appelée aussi M&A (Merger and Acquisition). Quelle que soit la raison de la valorisation, elle permet de déterminer la somme que l’investisseur ou le repreneur doit débourser pour obtenir tout ou partie du capital de l’entreprise. 

Des ajustements financiers ou des retraitements se feront généralement en fonction des modalités de l’opération. Il peut s’agir d’une acquisition d’un bloc de titres (rachat partiel ou minoritaire). Dans ce cas, les risques de blocage par les actionnaires sont infimes. Il peut également s’agir de la cession des parts permettant aux repreneurs d’obtenir la majorité des droits de vote. 

 

Se faire accompagner par des experts pour estimer la valorisation de l’entreprise

 

Évaluer la valeur d’une entreprise s’avère complexe. Il est important d’éviter une surévaluation afin de ne pas faire fuir les éventuels repreneurs. Un écart est toujours constaté entre le prix demandé par le cédant et le prix de rachat d’entreprise indiqué par le repreneur. La négociation est envisageable lorsque l’écart ne dépasse pas les 20 % mais surtout cet écart doit être justifié par critères objectifs. Chaque partie peut ainsi envisager de faire un effort afin de pouvoir signer un contrat de cession.

Si l’écart est trop élevé, les repreneurs de la PME vont automatiquement se rétracter ou le cédant va refuser la vente. D’autres méthodes comme le complément de prix appelé clause d’earn out, peuvent également permettre de moduler le prix de vente dans le temps et de le conditionner à des objectifs financiers.

Quoi qu’il en soit, il est recommandé de s’adresser à un professionnel pour estimer la valeur d’une PME pour bien préparer son opération. Celui-ci doit, d’ailleurs, avoir une position neutre par rapport au cédant et au repreneur. Il est tout à fait possible de s’adresser à des cabinets du fusion-acquisition ou des experts-comptables pour ce type d’évaluation. Attention cependant à s’entourer de véritables spécialistes de la transaction d’entreprise.

 

Ces experts évaluateurs peuvent également accompagner les cédants ou les repreneurs pour toutes les étapes de cession et de reprise de la société. Il est également possible de solliciter les services des notaires, des membres de syndicat professionnel et des experts du secteur d’activité. Ils mettent en évidence les différents points à prendre en compte pour déterminer la valeur de l’affaire. L’expert considère également le contexte de son intervention. Selon le type d’entreprise, PME ou commerce, il aura besoin de consulter les documents comptables, sociaux et commerciaux. Il commence son expertise par l’analyse de la production ainsi que de l’aspect comptable, juridique et commercial. Il effectue ensuite une analyse de l’environnement réglementaire et législatif ainsi que la concurrence.

 

Si ce sujet vous a intéressé, nous pouvons vous conseiller la lecture de cet article : 

Réalisez une reprise d'entreprise

Un expert prend en charge votre opération et fait le point sur vos attentes

Partagez cet article sur

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Recherchez un article